Achille
( Sculpture Ernst Herter )
Dictionnaire mythologique
Dictionnaire mythologie > Définition #A
Acca Larentia : (rom) Épouse du berger Faustulus ou Faunus. Certains mythologues croient que ce serait elle qui allaita plus vraisemblablement les jumeaux Rémus et Romulus puisqu’elle portait le surnom de Lupa, qui veut dire aussi "la Louve".

Achille (Ἀχιλλεύς) : (gr) Fils de Pélée, roi des Myrmidons et de la néréide, Thétis. Achille reste le plus flamboyant héros de la guerre de Troie. Invincible dès sa naissance parce que plongé dans le Styx, à l’exception du talon par lequel sa mère le tenait, Achille est l’idéal chevaleresque homérique par son courage et son sens de l’honneur. C’est la mort de son amant, Patrocle, qui le mena, par une rage douloureuse, à affronter Hector, le Troyen.

Acis : (rom) Originaire de Sicile, fils de Faunus et de la Nymphe Symaéthis, le bel Acis était berger. Écrasé sous un rocher par le cyclope Polyphème qui le jalousait à cause de son amour pour la néréide Galatée, les dieux le transformèrent en fleuve pour consoler la jeune fille. Aujourd’hui, un fleuve porte son nom au pied de l’Etna.

Actéon (Ἀκταίων) : (gr) Fils d'Aristée et d’Autonoé, Actéon suivit l’éducation du centaure Chiron qui lui apprit l'art de la chasse. Un jour qu’il chassait, il s'égara et surprit Artémis qui se baignait nue dans une source. Indignée, la déesse le transforma en cerf et sa meute se jeta sur lui aussitôt pour le dévorer.

Adonis (Ἄδωνις) : (gr) Fils de Myrrha et de son propre père Cynéras. Adonis fut conçu dans l’inceste pour assouvir l’une des vengeances de la vindicative Aphrodite. Comme il était d’une beauté exceptionnelle, tout au long de sa vie, il fut déchiré entre les jalousies de Perséphone et d’Aphrodite.

Agamemnon (Ἀγαμέμνων) : (gr) Roi légendaire de Mycènes et d'Argos, en Grèce. On le disait fils d'Atrée et d'Aéropé. Il était à la tête des Grecs lors de la guerre de Troie. Parce que des vents contraires le retenaient à Aulis, l'empêchant de marcher sur ses ennemis, il immola Iphigénie, sa propre fille, sur le conseil du devin Calchas pour apaiser Artémis. Sa femme, Clytemnestre, ne lui pardonna jamais et l’assassina dès son retour de Troie, avec le concours d'Égisthe, son amant.

Agénor (Ἀγήνωρ) : (gr) Fils de Poséidon et de Lybia, Agénor était un roi de Tyr, en Phénicie. On le disait également fondateur de Thèbes. Le mythe le fit père de cinq fils qu'il mandata à la recherche de leur sœur Europe, seule fille d'Agénor, que le dieu Zeus avait enlevée, alors qu'il s'était métamorphosé en taureau.

Ajax (Αἴας Τελαμώνιος) : (gr) Ce fils de Télamon fut envoyé à la guerre de Troie par son père parce que ce dernier était trop vieux pour s'y rendre. Ajax, vaillant et courageux, fit honneur à son père en se mesurant à tous les grands guerriers, dont Hector, qu'il faillit écraser sous un rocher lors d'un combat féroce, auquel les deux hommes mirent un terme d'un accord commun. Après cette trêve, ils échangèrent des présents et fraternisèrent. Selon certains, Ajax fut le plus brave de tous les Grecs après Achille alors que pour d'autres, ce titre revient plutôt à Ulysse.

Alceste (Ἄλκηστις) : (gr) Filles de Pélias, roi d'Iolcos (Thessalie) et d'Anaxibie. Elle épousa Admète, roi de Phères. Par amour pour son époux condamné par le courroux d’Artémis, Alceste but un poison afin de mourir à sa place. Ce sacrifice plut aux dieux: et Admète fut rendu à sa courageuse épouse.

Amazones : (gr) Filles d'Arès et de la Naïade Harmonie. Toutes sortes de légendes entourent le peuple des Amazones. Elles auraient habité les rives du Thermodon dont la capitale était Thémiscyre. Vaillantes et redoutables, elles s'amputaient apparemment du sein droit afin de ne pas être embarrassées pour le tir à l'arc. Un mythe veut qu'elles fussent aussi les instigatrices des armées à cheval, technique guerrière qui leur aurait permis de conquérir des territoires jusqu'aux frontières de l'Assyrie et du Tanaïs. Elles se vêtaient de peaux de bêtes et s'armaient d'arcs et de boucliers de bronze. On dit qu'elles soumettaient à l'esclavage tous les mâles, les destinant aux tâches domestiques, à l'éducation des enfants ainsi qu'à la reproduction. Elles auraient fondé les villes d'Éphèse, de Magnésie et de Smyrne.

Anchise (Ἀγχίσης) : (gr) Le bel Anchise était fils de Capys et arrière-petit-fils de Tros, fondateur de Troie. D'abord berger, il sera roi de Dardanie. Sa beauté conquit Aphrodite qui lui donna un fils, Énée. Mais un soir de beuverie, Anchise se vanta de sa relation avec la déesse, ce qui provoqua la colère de Zeus qui l'affligea de claudication. Anchise vécut jusqu’à l’âge de 80 ans et finit sa vie sans gloire, sauvé par son fils Énée lors de l'incendie de Troie.

Andromaque (Ἀνδρομάχη) : (gr) Fille d'Eétion, roi de Thèbes en Grèce, la belle Andromaque devint la femme d'Hector. Achille, qui avait déjà massacré son père et ses sept frères alors qu'il assiégeait Thèbes, tua aussi Hector, qu'elle aimait profondément, avant qu'Ulysse ne tue également leur fils Astyanax. Consumée par la douleur, Andromaque fut malgré tout kidnappée et mariée à Pyrrhos (ou Néoptolème) fils d'Achille, auquel elle donna trois enfants mâles (Molossos, Piélos, Pergamos). Mariée une troisième fois, à un certain Hélénos avec lequel elle eut encore un fils (Cestrinos), ils fondèrent la ville de Pergame afin de commémorer la citadelle de Troie. Les tragédies successives dans la vie d'Andromaque inspirèrent de nombreux dramaturges, dont Virgile et Jean Racine. Elle reste un modèle de vertu de l'époque.

Andromède (Ἀνδρομέδα) : (gr) Andromède est fille de Céphée, le roi éthiopien de Joppé, et de Cassiopée. La pauvre enfant fut livrée au monstre marin Cétus pour sauver sa famille, après que Cassiopée eut offensé les dieux en prétendant sa fille aussi belle que les Néréides. Attachée nue à un rocher pour attendre la venue de Cétus, c'est Persée, chevauchant Pégase, qui tua la baleine monstrueuse et sauva la belle vierge. Elle devint alors sa femme malgré qu'elle fut promise au frère de son propre père. De cette union naquirent six fils et une fille : Persès, Alcée, Héléos, Mestor, Sthénélos, Électryon, et Gorgophoné. Andromède et ses rejetons furent à l'origine de la lignée de Perséides et Athéna la plaça au ciel à titre de constellation après sa mort.

Antigone (Ἀνδρομέδα) : (gr) Antigone est la fille qu'Oedipe, roi de Thèbes engendra de son inceste avec sa mère Jocaste. On reconnaît sa force de caractère pour avoir affronté seule l'ordonnance de son oncle Créon, qui refusait une sépulture à son frère Polynice, mort en duel de la main de son autre frère Étéocle. Créon, excédé par le fait qu'une femme s'oppose à son ordonnance, la fit emmurer vivante dans une grotte. Antigone trouva encore le courage de se pendre pour mettre fin à ses jours, s'affirmant ainsi devant Créon jusqu'au dernier souffle de sa vie. Sophocle, Brecht, Anouilh, Cocteau et plusieurs autres rendirent hommage à cette personnalité hors du commun.

Antiope : (gr) L'une des plus célèbres reines du peuple des Amazones. Séduite par Thésée, elle fut enlevée par lui et combattit à ses côtés, attirant sur elle la haine et le reproche puisque son peuple considéra qu'elle l’avait trahi. Grâce à son union avec le héros, elle donna naissance à Hippolyte, qui échappa au sort normalement réservé aux enfants mâles des Amazones.

Aphrodite (Αφροδιτη) : (gr) Selon la version la plus populaire du mythe, Aphrodite serait née de la castration d'Ouranos par Cronos : "…tout autour, une blanche écume [le sperme] sortait du membre divin. De cette écume une fille se forma." Elle était la déesse de la beauté, et présidait à l'amour du plaisir et de la procréation. Sa place était parmi les douze grands dieux olympiens. On la connaissait surtout pour les amours impossibles qu'elle provoquait ou pour ses vengeances terribles, par exemple les filles du roi de Chypre qu'elle obligea à la prostitution parce que ces dernières refusaient de l'honorer… Les plus grands artistes l'ont représentée sous les traits de Vénus, notamment Sandro Botticelli dans son célèbre tableau : "Naissance de Vénus" en 1485.

Apollon (Ἀπόλλων) : (gr) Apollon était fils de Zeus et de la Titanide Léto. Il naquit à Délos avec sa jumelle Artémis alors que leur mère s'y était réfugiée pour échapper à la colère d'Héra, épouse légitime de Zeus, cet infatigable coureur de jupons. Reconnu par son géniteur, il fut l'une des plus importantes divinités grecques. Il représentait la lumière des arts et de la divination. Symbolisé par le soleil, Apollon remplit plusieurs autres offices : dieu agricole, dieu de la médecine, dieu protecteur, dieu purificateur, dieu de la raison, dieu vengeur, etc. D'une grande beauté, il eut des liaisons avec de nombreuses célébrités de la mythologie gréco-romaine dont Calliope, Cassandre, Cyrène, Psamathée, et aussi avec de jeunes garçons : Cyparisse et Hyacinthe. Apollon reste l'un des dieux auxquels l'on a élevé le plus de temples et consacré le plus de cultes. Ses oracles à Delphes étaient vénérés de tout le monde antique.

Arès (Ἄρης) : (gr) Arès était le dieu de la guerre et de la violence. Seul fils légitime issu de l'union de Zeus avec Héra, on le comptait parmi les douze Olympiens. Idéal du dieu guerrier, Arès était vindicatif et querelleur ; par conséquent, on le représentait en général vêtu de son armure d'airain, coiffé d'un casque, portant un bouclier et brandissant un glaive ou une lance. Il incarnait le goût brut du carnage aux yeux des autres dieux qui le haïssaient. À l'exception d'Aphrodite qui en fit son amant, Arès fut détesté de tous, même de ses parents. On lui attribuait la paternité des Amazones.

Ariane (Ἀριάδνη) : (gr) Fille du roi Minos de Crète et de Pasiphaé, demi-sœur du Minotaure, sa mère ayant succombé à un sort l'obligeant à s'unir avec un taureau. Ariane est connue pour être tombée amoureuse du héros Thésée, enfermé dans le labyrinthe conçu par l'architecte Dédale, et pour lui avoir remis un fil lui permettant de sortir du piège une fois le Minotaure vaincu. Thésée enleva Ariane et lui promit le mariage, mais il l'abandonna sur l'île de Dia. Certains mythologues prétendent que Thésée l'aurait quitté pour épouser Phèdre, sœur d'Ariane… D'autres croient que c'est une tempête qui serait à l'origine de cet abandon, geste qui aurait troublé Thésée au point de lui faire oublier de hisser le pavillon de la victoire en rentrant chez lui, causant ainsi le désespoir de son père Égée, qui se serait alors noyé dans la mer qui porte depuis son nom.

Artémis (Ἄρτεμις) : (gr) Sœur jumelle d'Apollon, Artémis fille de Zeus et de la Titanide Léto faisait également partie des douze Olympiens. Déesse de la chasse et de la forêt, protectrice des Amazones, elle resta toujours indépendante de la volonté masculine.

Ascagne (Iulus) : (rom) Fils d'Enée et de Créüse, né à Troie, Ascagne aurait suivi son père en Italie après la chute de Troie. Valeureux guerrier, on lui devrait la fondation de Albe-la-Longue après qu’il eut triomphé de Tumus.

Astyanax (Ἀστυάναξ) : (gr) Fruit de l'amour profond qui unissait Andromaque et Hector, son vrai nom était Scamandrios. Par peur des représailles possibles du jeune homme pour venger la mort d'Hector son père, Astyanax fut précipité du haut des murailles de Troie, par les Grecs. Selon d'autres mythologues, c'est des mains d'Ulysse qu'il aurait trouvé la mort. On prétend qu'il fut enseveli dans le bouclier de son père.

Athéna (Ἀθηνᾶ) : (gr) Fille de Zeus et de l'océanide Métis (première épouse de Zeus), Athéna était la troisième divinité en importance aux côtés de Zeus et d'Apollon chez les Olympiens. Le mythe de sa naissance est fabuleux : Zeus, sachant Métis enceinte et voulant échapper à un oracle lui prédisant qu'il serait détrôné par un fils, avala tout bonnement sa femme. Quelque temps plus tard, affligé par des maux de tête horribles, il se fit ouvrir le crâne d'un coup de hache par Héphaïstos le forgeron. Athéna serait sortie tout armée et casquée de la tête de Zeus en poussant un cri de guerre. Déesse de la sagesse et de la guerre, de l'intelligence et des arts, Athéna était aussi une divinité agricole qui dota l'Attique de l'olivier et du figuier. Elle inventa de nombreux objets, dont certains instruments de musique : flûte et trompette, par exemple. Elle donna également aux mortels la poterie, le char, la charrue, le râteau, le navire, etc. Elle enseigna les nombres et tous les arts aux femmes. Ses temples étaient nombreux et son père l'adorait aussi bien que le peuple et les autres dieux.

Atlas (Ἄτλας) : (gr) Plus vraisemblablement fils de Japet et de la Nymphe Clyméné, frère de Épiméthée, Ménoetios et Prométhée, le géant Atlas fut à son tour le père des Hyades, des Hespérides, des Pléiades et de Calypso. C'est suite à la révolte des Titans contre les dieux de l'Olympe que Zeus le condamna à porter les Cieux jusqu'à la fin des temps.

Atropos (Άτροπος) : (gr) Elle serait plus vraisemblablement fille de Nyx (la Nuit) et formerait avec ses sœurs Clotho et Lachésis le trio divin des Moires, déesses du sort et du destin. Elle était l'aînée et c'est elle qui se rendait responsable de la coupe du fil mesurant la durée de vie de chaque mortel. On la représentait affublée d'un vêtement noir et lugubre, et près d'elle, des pelotes de fil de toutes tailles suivant le temps de vie accordé aux mortels qu'elles désignaient.

Aurora : (rom) Fille des Titans Hypérion et Théia, sœur de Séléné et d'Hélios. Parce qu'elle fut surprise un jour dans les bras de Mars, malgré qu'elle fut déjà mariée, Vénus la condamna à vivre pour toujours des amours avec de jeunes mortels. Elle passa donc le reste de ses jours à séduire de tout jeunes amants, inlassablement. Son équivalent grec est Eôs.
   

TOUTE REPRODUCTION MEME PARTIELLE STRICTEMENT INTERDITE - COPYRIGHT © DICTIONNAIRE MYTHOLOGIE - ANNUAIRE GRATUIT - SYNONYME - HOROSCOPE