Hercule
Dictionnaire mythologique
Dictionnaire mythologie > Définition #H
Hadès [Ἅιδης] : (gr) Fils de Cronos et de Rhéa, frère de Zeus et de Poséidon, Hadès présidait aux Enfers. Juge des morts, il était chargé de les garder dans son royaume afin qu'ils n'aillent pas terroriser les vivants. Il épousa Perséphone, sa nièce, qu'il enlevât alors qu'elle cueillait des fleurs et lui fit manger un grain de grenade pour qu'elle ne puisse plus quitter les Enfers, ayant goûté à la nourriture des morts.

Harpies [Ἅρπυιαι] : (gr) Filles de Thaumas et de l'Océanide Électre, les Harpies personnifiaient des monstres épouvantables, au corps d'oiseau et à la tête de femme. Au nombre de trois selon la légende la plus commune : Aello, Ocypète et Podarge, elles se chargeaient de la dévastation et de la vengeance divine. Plus vives que le vent, ces femelles ailées restaient invincibles et dévoraient tout sur leur passage. On reconnaissait leur marque aux excréments qu'elles abandonnaient derrière elles, ce qui ne faisait qu'ajouter à l'horreur qu'elles inspiraient déjà. On croit plus vraisemblablement qu'elles étaient l'image mythique de sauterelles dont les nombreuses invasions pendant la période antique ne laissaient que ruine et dévastation.

Hébé [Ἥϐη] : (gr) Fille de Zeus et Héra. Une autre légende fait d'elle la fille exclusive d'Héra qui l'aurait conçue seule en s'asseyant sur des laitues sauvages. Promue déesse de la jeunesse par Zeus, elle servit d'échanson à Héra puis épousa Héraclès à qui elle donna deux fils : Alexiarès et Anikétos.

Hécate [Ἑκάτη] : Fille du Titan Persès et d'Astéria la nuit étoilée, la belle Hécate se consacrait à la Lune. À la fois déesse de la fertilité et déesse des morts, son pouvoir était immense la nuit tombée. Hécate commandait aux cauchemars et aux fantômes, elle révélait l'inconscient des vivants et faisait office de maître magicienne pour tous les sorciers et apprentis sorciers.

Hécube [Ἑκάϐη] : (gr) Fille de Dymas, roi de Thrace, et de Cissée, Hécube eut un destin tragique. Elle épousa Priam et lui donna cinquante fils qui périrent pendant la guerre de Troie. Folle de douleur, elle chercha son dernier fils, Polydore, dont elle retrouva le corps sans vie sur les rivages du royaume de Polymnestor, roi de Thrace. Pour se venger de cette ultime souffrance, elle attira le roi hors de son château et le fit tomber dans une embuscade, au milieu d'un groupe de femmes troyennes qui lui crevèrent les yeux avec des aiguilles tandis qu'elle tuait, de ses propres mains, les deux enfants du roi. Métamorphosée en chienne, elle hurlera sa tristesse jusqu'à toucher Héra, la plus cruelle des ennemis de Troie.

Hector [Ἕκτωρ] : (gr) Fils de Priam et d'Hécube, époux d'Andromaque, père d'Astyanax, Hector fut de loin le plus redoutable et le plus brave des Troyens. Il défendit corps et âme sa ville contre les Grecs. Il vainquit d'autres héros comme Ajax et Diomède, mais tomba sous les coups de glaive d'Achille après lui avoir tué son amant Patrocle. Achille traîna son cadavre trois fois, attaché à son char, autour de la sépulture de son amant avant de rendre sa dépouille à Priam qui le fit incinérer en grande pompe.

Hélène [Ἑλένη] : (gr) Les légendes diffèrent concernant la naissance d'Hélène. Tantôt fille du roi Tyndare et de Léda, tantôt fille de Zeus qui aurait fécondé Léda sous les traits d'un cygne, Hélène était d'origine divine. Déjà enlevée par Thésée au cours de sa jeunesse, mais ramenée à Sparte par ses frères ensuite, Hélène, d'une prodigieuse beauté, devint l'épouse de Ménélas, roi de Sparte. Elle fut une nouvelle fois enlevée, par Pâris dans ce cas, ce qui embrasa la colère des Grecs et mena à la guerre de Troie. Il semble que la belle Hélène ne fut jamais blâmée pour la guerre qu'elle provoqua puisque la faute incomberait à Aphrodite qui avait promis à Pâris la facilité de ce rapt. De plus, Zeus aurait fermé les yeux sur cette guerre sanglante afin de punir les hommes de leur méchanceté naturelle en les faisant souffrir par le biais de ce carnage.

Hélios [Ἥλιος] : (gr) La source la plus fiable en fit le fils du Titan Hypérion et de sa sœur Théia. Hélios ne serait rien de moins que la personnification du Soleil. Sa mission était de tout révéler des dieux et des hommes. Il fut celui qui disait, qui dénonçait, qui voyait et qui entendait tout. On le vénérait partout en Grèce et c'est à son effigie que l'on éleva le célèbre Colosse de Rhodes, l'une des sept merveilles du monde antique, aujourd'hui disparues.

Héra [Ἧρα] : (gr) Fille des Titans Cronos et Rhéa, Héra était la sœur et l'épouse sempiternellement jalouse de Zeus. Protectrice des femmes et déesse du mariage légitime, on comprend qu'elle avait fort à faire avec son coureur de mari. Mais malgré les infidélités de son époux, elle protégeait les femmes enceintes, veillait à les seconder lors des accouchements et intervenait dans la fécondité des couples. Mère des dieux Arès, Hébé et Ilithyie, Héra aurait également conçu Héphaïstos sans le concours de son mari afin de lui prouver qu'elle pouvait enfanter seule. Puissante et redoutée, Héra intervenait régulièrement dans les affaires des mortels, prenante partie pour les uns et les autres selon ses coups de cœur du moment.

Héphaïstos [Ἥφαιστος] : (gr) En représailles à l'enfantement volé d'Athéna par Zeus, Héra engendra toute seule son fils Héphaïstos. Boiteux à sa naissance, Héra le jette en bas de l'Olympe où il fut recueilli par Thétis et Eurynomé qui l'éduquèrent et lui apprirent le métier d'artisan forgeron. Plus tard, pour se venger de sa mère, il fabriqua un trône piégé duquel elle resta prisonnière jusqu'au moment où Héphaïstos consentit à la délivrer, obtenant ainsi de Zeus le droit de devenir dieu du feu, des forges et des volcans.

Hercule : (rom) Il serait l’équivalent romain du dieu grec Héraclès. Les Romains le rendirent célèbre dans un combat l’opposant à Cacus dont il triompha. Ils le reconnurent également pour sa volonté d’interdire les sacrifices sanglants. On le connut également pour les Douze travaux qu'on lui imposa et dont il sortit vainqueur.

Héraclès [Ἡρακλῆς] : (gr) Fils de Zeus et d'une mortelle, Alcmène, Héraclès fut l'un des plus anciens héros de la mythologie grecque. Grand voyageur, aventurier courageux, c'est l'épreuve des Douze travaux qui fit de lui une divinité vénérée. Capable de venir en aide aux dieux comme aux hommes, Héraclès reçut son éducation de plusieurs guerriers et du Centaure Chiron. D'une force colossale, il réussit de nombreux exploits au cours de son existence et engendra de nombreux enfants dont les Thespiades et les Alcaïdes. Les Douze travaux qui le rendirent célèbre sont : étouffer le lion de Némée à la peau impénétrable, et rapporter sa dépouille ; tuer l'Hydre de Lerne ; vaincre à la course la biche de Cérynie aux pieds d'airain ; rapporter vivant l'énorme sanglier d'Érymanthe ; nettoyer les écuries d'Augias ; tuer les oiseaux du lac Stymphale aux plumes d'airain ; dompter le taureau crétois de Minos ; capturer les juments mangeuses d'hommes de Diomède ; rapporter la ceinture d'Hippolyte, reine des Amazones ; vaincre Géryon le géant aux trois corps ; rapporter les pommes d'or du jardin des Hespérides gardées par Ladon ; descendre aux Enfers et enchaîner Cerbère. À sa mort, il devint dieu dans l'Olympe.

Hermès [Ἑρμῆς] : (gr) Fils de Zeus et de la Pléiade Maïa, Hermès causa le tourment de tous dès sa naissance. Gredin et voleur, il déroba à son demi-frère Apollon la moitié de son troupeau, mais Zeus, amusé par les audaces de son jeune fils, demanda à Apollon de lui pardonner. Hermès fut le patron des voleurs, des voyageurs, du commerce, de même que messager des dieux. Il fut le père de nombreuses divinités mineures et, grand séducteur, aima autant les garçons que les filles.

Hestia [Ἑστία] : (gr) Fille de Cronos et de Rhéa, sœur de Zeus, Poséidon, Héra, Hadès, Déméter, Hestia est l'un des Douze Olympiens. Divinité du feu sacré et du foyer domestique, Hestia resta une vierge éternelle et ne prit part à aucun conflit. Cette neutralité en fit une déesse d'exception et on la considérait comme la grande protectrice des familles et de la patrie.

Hippolyté [Ἱππόλυτη] : (gr) Fille d'Arès et reine des Amazones. Elle fut souvent confondue avec Antiope, une autre reine des Amazones. Sa célébrité lui vient d'une ceinture précieuse qu'elle portait, don de son père Arès, et qui devint l'enjeu de l'un des Douze travaux d'Héraclès. Dans l'affrontement pour lui ravir cette ceinture, Héraclès tua Hippolyté selon certaines versions du mythe.

Hippolyte [Ἱππόλυτος] : (gr) Fils de Thésée et d'Antiope, reine des Amazones, (ou de la reine Hippolyté selon d'autres sources) il reçu son éducation à Trézène sous l'égide de sa grand-mère Éthra, et de Pitthée son sage aïeul. Le bel Hippolyte, essentiellement occupé par l'apprentissage du savoir et les plaisirs de la chasse, ignora les avances d'Aphrodite. Pour se venger, la déesse inspira à Phèdre, belle-mère d'Hippolyte, une passion immodérée pour le jeune homme. Repoussée, Phèdre se suicida en laissant croire dans une lettre qu'Hippolyte l'avait violée. Thésée fit alors tuer son fils, lequel fut ressuscité par Artémis pour laquelle Hippolyte institua un culte lorsqu'il devint par la suite roi d'Aricie.
   

TOUTE REPRODUCTION MEME PARTIELLE STRICTEMENT INTERDITE - COPYRIGHT © DICTIONNAIRE MYTHOLOGIE - ANNUAIRE GRATUIT - SYNONYME - HOROSCOPE