Poséidon
Dictionnaire mythologique
Dictionnaire mythologie > Définition #P
Pan [Πάν] : (gr) Fils d'Hermès et d'une nymphe, fille de Dryops, du moins selon la version la plus commune, Pan aurait plusieurs origines, ce qui suppose de nombreux dieux Pan à travers l'Antiquité et les régions. Il était le dieu de la nature entière et on le trouvait sous les traits d'un barbu mi-homme, mi-bouc. Protecteur des bergers et de leurs troupeaux, il ressemble à un Satyre. Il eut pour amant le berger Daphnis et tenta de violenter la nymphe Syrinx. Celle-ci se transforma en roseau et Pan en fit une flûte, celle que l'on appelle aujourd'hui la flûte de Pan. C'est sans doute de son image lubrique que les tenants du Christianisme tirèrent la représentation du démon. En diabolisant son image, ils disposaient d'une arme puissante contre le paganisme.

Pandore (Πανδώρα/) : (gr) Engendrée sur l'ordre de Zeus pour punir Prométhée d'avoir donné le feu aux mortels, Pandore fut façonnée dans l'argile par le dieu Héphaïstos. Athéna lui donna alors la vie, Aphrodite la beauté, Apollon le talent musical et Hermès lui apprit l'art de persuader et de mentir. Ainsi dotée, Pandore fut alors offerte en cadeau au frère de Prométhée, Épiméthée. Or malgré les mises en garde de son frère, Épiméthée accepta le cadeau et devint l'époux de celle qui allait causer le malheur du genre humain en ouvrant l'amphore qui contenait tous les maux de la terre. On peut évidemment associer Pandore à l'Ève biblique qui apporta sur la terre souffrances et malheurs après qu'elle eut croqué la pomme.

Pâris (Πάρις) : (gr) Second fils de Priam, roi de Troie et de la reine Hécube, Pâris, est renié à la naissance par son père qui ordonne qu'on le tue, suite à un présage malheureux. Les devins ayant prédit qu'il perdrait Troie, Priam chargea son serviteur de lui donner la mort. Mais le petit, selon une légende, aurait été recueilli par une ourse qui l'aurait nourri. Ce serait plus vraisemblablement Hécube qui l'aurait confié à des bergers pour lui sauver la vie. Devenu adulte, il se retrouva dans la tourmente de la pomme de Discorde et provoqua la guerre de Troie en enlevant Hélène. Il combattit Ménélas, l'époux d'Hélène, et tua Achille en lui décochant une flèche au talon. Pâris, pour plusieurs auteurs n'aurait été en réalité qu'un lâche, coureur de jupons et indigne de la moindre reconnaissance. Blessé mortellement lors de la prise de Troie, sa première femme Œnone refusa de le soigner et il mourut.

Parques, les trois : (rom) Souvent filles de Jupiter et de Thémis, les Parques étaient les divinités responsables du destin des mortels. Comme leur véritable origine reste entourée de mystère, on croit qu'elles sont aussi anciennes que les divinités primitives telles que la Terre, le Ciel et la Nuit. Elles sont associées aux Moires grecques.

Pégase (Πήγασος) : (gr) Cheval ailé, né de l'union du dieu marin Poséidon et de la Gorgone Méduse. Méduse portait Pégase et son jumeau Chrysaor lorsque Persée la tua. Les deux poulains ailés naquirent de la tête tranchée et Persée chevaucha immédiatement Pégase pour le soustraire à la vengeance des deux autres Gorgones. C'est grâce à la puissance de Pégase et aux battements inlassables de ses ailes d'argent qu'il put délivrer Andromède du sort horrible d'être dévorée par un monstre marin.

Pénélope (Πηνελοπεια) : (gr) Fille d'Icarius, et nièce de Tyndare, roi de Sparte, Pénélope était d'une beauté époustouflante. Son père organisa donc un tournoi pour qu'un prétendant mérite de manière triomphante le cœur de sa fille. Ce fut Ulysse le grand vainqueur, mais il dut partir pendant vingt longues années. Mère de Télémaque, Pénélope attendit fidèlement le retour de son héros en inventant mille stratagèmes pour échapper aux hommes qui voulaient en faire leur femme. L'une de ses grandes ruses fut de décliner toute offre jusqu'à l'achèvement d'un immense voile sur son métier à tisser, voile qu'elle défaisait la nuit pour justifier la poursuite de l'ouvrage au matin. Elle retrouva enfin son mari lorsqu'il fut le seul à pouvoir bander un arc, le sien, pour reprendre Pénélope de nouveau.

Persée [Περσεύς] : (gr) Fils de Zeus et de la belle Danaé, que son père Acrisius, roi d'Argos, avait enfermée dans une tour d'airain, Persée naquit malgré toutes les précautions de son grand-père pour empêcher sa conception. C'était se méprendre sur la puissance de Zeus qui, métamorphosé en pluie d'or, engendra Persée. Acrisius, alerté depuis longtemps par un oracle lui prédisant qu'un petit-fils le tuerait et deviendrait roi à sa place, le fit exiler avec Danaé à sa naissance. Recueillis tous les deux par le roi Polydecte, ils reçurent une éducation de prince. Toutefois, comme le roi s'enticha de Danaé, il envoya Persée en mission pour l'éloigner. Mais Persée vainquit tous les ennemis avec courage et brio. Il combattit les Gorgones et ramena la tête de Méduse grâce à son courage et aux dons que lui avaient faits les dieux : le bouclier d'Athéna, les sandales ailées d'Hermès, le casque d'invisibilité d'Hadès.

Perséphone [Περσεφόνη] : (gr) Fille de Zeus et de Déméter, elle fut enlevée par Hadès, le dieu des Enfers, alors qu'elle cueillait tranquillement des fleurs. Parce qu'elle était d'une splendeur singulière, Déméter cacha sa fille en Sicile. Mais Hadès la remarqua, l'enleva et en fit sa reine.

Phèdre (Φαίδρα) : (gr) Fille de Pasiphaé et de Minos, roi de Crète, sœur d'Ariane. Malgré le sentiment d'Ariane pour Thésée, c'est Phèdre qu'il épousa. Thésée avait déjà cependant conçu un fils avec la reine des Amazones et ce fils devint le sujet d'une passion dévorante pour la pauvre Phèdre, envoûtée par un sort d'Aphrodite. Phèdre fit des avances à son beau-fils qui les refusa. Elle se suicida en l'accusant par lettre de l'avoir séduite. Thésée furieux voulut la mort d'Hippolyte mais se réconcilia avec lui lorsqu'il apprit la vérité. Phèdre fut pour de nombreux tragédiens par la suite un modèle d'amoureuse tragique.

Pluton : (rom) Pluton, fils de Saturne et de Rhéa, était à l'instar d'Orcus, un équivalent du dieu grec Hadès. Frère de Neptune et de Jupiter, il hérita du royaume des morts sur lequel il devait veiller prudemment. Pour se trouver une épouse, il fit preuve de ruse et de stratégie. Ainsi, il enleva de force Proserpine et l'épousa. On le représente souvent associé à son arbre symbolique, le cyprès.

Polymnie [Πολυμνία] : (gr) Fille de Zeus et de Mnémosyne, Polymnie était la muse de la Rhétorique. Couronnée de fleurs, de perles ou encore de pierreries, elle était toujours vêtue de blanc. Dans ses mains, on retrouvait en général un sceptre ou un rouleau promouvant le mot latin "suadere", qui signifiait persuader.

Polyphème [Πολύφημος] : (gr) Fils de Poséidon et de la muse Thoosa, Polyphème était un Cyclope. Le mythe le fit amoureux de la belle Galatée qui lui préféra le berger Acis. Polyphème, jaloux, écrasa le pauvre Acis sous un rocher. Lorsque Ulysse et ses compagnons débarquèrent sur l'île des Cyclopes, c'est dans l'antre de Polyphème qu'ils festoyèrent. Polyphème en profita pour en dévorer quelques-uns avant d'être aveuglé par une ruse d'Ulysse.

Poséidon [Ποσειδῶν] : (gr) Fils de Cronos et de Rhéa, frère de Zeus et d'Hadès, Poséidon reçu le droit de régner sur l'univers aquatique lors du partage du monde. Symbolisé par le taureau et le trident, sa puissance était infinie et il commandait aux océans de même qu'il pouvait secouer la terre entière en provoquant des séismes gigantesques. Époux d'Amphitrite, fille de son oncle Océan, dont il ne gérait cependant pas le domaine, Poséidon était le père de plusieurs divinités : Triton (avec Amphitrite) ; Éole (avec Amé) ; Antée, Charybde, les Telchines (avec Gaïa) ; Bélos, Agénor (avec Lybie) ; Pégase, Chrysaor (avec Méduse) ; Protée (avec Phénice) ; Polyphème (avec Thoosa) ; Pélias, Nélée (avec Tyro), etc.

Priape [Πρίαπος] : (gr) Vraisemblablement fils de Dionysos et d'Aphrodite, Priape, caractérisé par un phallus en érection perpétuelle, tenait cette difformité d'une vengeance d'Héra qui le fit naître ainsi pour punir Aphrodite de sa trop grande beauté. Né sur les bords de l'Hellespont, à Lampsaque, il grandit et finit par inspirer répulsion et terreur à son entourage tant son libertinage et ses hardiesses sexuelles n'avaient plus de limites. À la suite d'une épidémie, les habitants de la ville crurent qu'ils avaient été injustes avec lui et lui vouèrent désormais un culte respectueux. Protecteur des jardins et des troupeaux, on en fit un symbole de fertilité.

Prométhée [Προμηθεύς] : (gr) Fils de Japet et de l'Océanide Clymène (on lui prête d'autres parents également selon les versions), le Titan Prométhée eut un destin tragique. Selon certains, c'est lui qui aurait crée l'homme à partir d'une quantité d'argile ramassée au sol. Prométhée enseigna aux hommes de nombreux arts, dont la métallurgie, et leur procura le feu, ce qui entraîna la colère de Zeus. Ce dernier pour le punir le fit enchaîner à un rocher, condamné à avoir le foie dévoré chaque jour par un aigle. Ce supplice éternel fut enfin interrompu par le Centaure Chiron avec lequel Prométhée troqua son immortalité contre sa mortalité. Chiron, blessé, devint alors immortel pour permettre à Prométhée la mort tant souhaitée.

Pygmalion [Πυγμαλίων] : (gr) Fameux sculpteur chypriote, Pygmalion s'indignait de l'inconduite sexuelle des femmes de l'île. Il se jura de ne jamais prendre épouse, mais tomba amoureux d'une statue qu'il sculpta lui-même. Obtenant d'Aphrodite qu'elle donne vie à cette statue pour qu'il puisse s'unir à elle, Pygmalion la nomma Galatée et en devint l'époux. D'elle, il eut un fils, Paphos, qui fonda plus tard une ville portant son nom. L'histoire de Pygmalion et Galatée inspira de nombreux poètes et créateurs tout au cours de l'histoire ; musiciens, peintres, chorégraphes ou dramaturges apportant des versions très romancées de ce mythe amoureux.
   

TOUTE REPRODUCTION MEME PARTIELLE STRICTEMENT INTERDITE - COPYRIGHT © DICTIONNAIRE MYTHOLOGIE - ANNUAIRE GRATUIT - SYNONYME - HOROSCOPE