Dictionnaire mythologique
Dictionnaire mythologie > Définition #S
Saturne : (rom) Saturne est une tr√®s ancienne divinit√© italique que l'on identifiait au Cronos des Grecs. En son honneur, on c√©l√©brait les Saturnales, grandes f√™tes accompagn√©es de r√©jouissances et de ripailles gargantuesques. La popularit√© des Saturnales tenait √©galement √† cette particularit√© que les esclaves y commandaient les ma√ģtres. Fils d'Uranus et de l'antique Vesta, Saturne d√©tr√īna son p√®re et √©pousa Rh√©a dont il eut plusieurs enfants qu'il d√©vorait, √† l'instar du mythe de Cronos. Rh√©a parvint toutefois √† soustraire Jupiter √† cette fin tragique. √Člev√© en secret, il devint puissant et chassa son p√®re du ciel. Selon la l√©gende, Rh√©a aurait √©galement sauv√© Neptune, Pluton, Junon (la jumelle et √©pouse de Jupiter), Vesta et C√©r√®s qui r√©gn√®rent √©galement sur le monde ensuite.

Satyres [ŌÉő¨ŌĄŌÖŌĀőŅŌā] : (gr) L'une des filles de Phoroneus aurait engendr√© cinq filles, les Nymphes de montagnes qui devinrent √† leur tour m√®res des Satyres. D'autres l√©gendes en font plut√īt les fils de Dionysos et la na√Įade Nic√©e, d'autres encore les enfants d'Herm√®s et de la nymphe Iphtim√©. On les connaissait surtout pour leur composition du cort√®ge dionysiaque. Vivant dans les campagnes, les Satyres adoraient terroriser les nymphes ou les poursuivre de leurs assiduit√©s sexuelles. Libidineux, malicieux, pervers, l'image la plus commune d'eux les pr√©sentait velus, portant sur la t√™te de petites cornes, des oreilles ovines ainsi qu'une queue et des jambes de bouc.

Scylla [ő£őļŌćőĽőĽőĪ] : (gr) Elle pourrait avoir √©t√© con√ßue dans le giron d'√Čchidna par le dieu Typhon. Cependant, on lui connaissait de nombreuses filiations avec diff√©rents dieux. Scylla √©tait une nymphe d'une √©clatante beaut√©, aim√©e de Glaucus, un monstre hideux, moiti√© homme, moiti√© poisson. Le pauvre Glaucus, repouss√© par la belle, demanda l'aide de la puissante magicienne Circ√© afin qu'elle compose un philtre d'amour pour Scylla. Mais Circ√©, elle-m√™me √©prise de Glaucus, pr√©para plut√īt un poison qui m√©tamorphosa la nymphe en monstre. Scylla, se baignant dans sa fontaine favorite, se vit chang√©e en une b√™te √©cŇďurante ayant six t√™tes pourvues de six gueules mena√ßantes et poussant des hurlements effroyables. Terroris√©e par son nouvel aspect, elle se r√©fugia dans le d√©troit de Sicile et passa le reste de son existence √† engloutir marins et vaisseaux pour se venger de Circ√©. C'est elle qui fit p√©rir les navires d'Ulysse, sachant qu'il √©tait l'amant de la magicienne.

Styx [ő£ŌĄŌćőĺ] : (gr) Fille de l'Oc√©an et de T√©thys, Styx √©tait une Oc√©anide des plus respect√©e par Zeus. Aim√©e de Pallas, elle lui donna Z√©lus, Nik√©, Cratos et Bia. Premi√®re √† soutenir Zeus dans sa croisade contre les Titans, elle fut admise √† sa table avec toute sa famille. Il la chargea ensuite d'incarner le lien sacr√© de toute promesse faite par un dieu. Ainsi, jurer sur le Styx entra√ģnant l'irr√©vocabilit√© de la promesse. Styx pr√©sidait √©galement √† une fontaine d'Arcadie dont les eaux silencieuses formaient un ruisseau disparaissant dans le ventre de la terre pour couler ensuite dans les r√©gions infernales. Le ruisseau devenait alors un fleuve fangeux aboutissant dans d'infects mar√©cages embrouill√©s par la nuit sombre.

Sybilles : (gr) Les Sibylles √©taient des devineresses qui pr√©sidaient aux oracles et rendaient des proph√©ties envelopp√©es de myst√®res et d'ambigu√Įt√©s. D√©vou√©es √† Apollon d'abord, douze d'entre elles furent tr√®s c√©l√®bres : la sibylle de la cit√© c√īti√®re ionienne d'√Črythr√©e ; la sibylle de Tibur (dont le temple est toujours visible √† Tivoli) ; la sibylle d'Hellespont ; la sibylle de Marpessos ; la sibylle Phrygienne ; la sibylle Cimm√©rienne sur les rives de la mer Noire ; la sibylle Persique ; La sibylle Libyque √† Carthage ; la sibylle Samienne sur l'√ģle de Samos ; la sibylle Agrippa ; la sibylle Delphique, que l'on nommait la Pythie √† cause du serpent Python gardant le temple de Delphes ; et enfin la plus c√©l√®bre, la sibylle de Cumes qui, disait-on, rendait ses oracles avec l'exaltation d'une pythonisse ou √©crivait ses pr√©dictions sur des feuilles volantes. Le propre de ces proph√©tesses √©tait de pr√©senter les oracles avec une latitude d'interpr√©tations leur garantissant l'immunit√© en cas de contestation.

Sylvain : (rom) Vraisemblablement petit-fils de Faunus, Sylvain était une divinité habitant les vergers et les forêts. On le représentait généralement avec une serpe à la main et une couronne de lierre sur la tête. Une légende veut qu'il ait été amoureux du jeune Cyparisse, lequel fut métamorphosé en cyprès, arbre qui devint ensuite un symbole de ce dieu. On lui construisit plusieurs temples à Rome dont un sur le mont Aventin. Sylvain présidait à la bonne garde des objets et à l'entretien soigneux des choses confiées à sa protection. Les enfants le craignaient particulièrement car il réprimandait sévèrement les garnements, à la manière d'un croquemitaine.
   

TOUTE REPRODUCTION MEME PARTIELLE STRICTEMENT INTERDITE - COPYRIGHT © DICTIONNAIRE MYTHOLOGIE - ANNUAIRE GRATUIT - SYNONYME - HOROSCOPE